Ces phrases que l'on regrette...

Publié le par Le jovinien masqué


 

Ah ben oui. Il y a des trucs que l'on regrette d'avoir dit mais qu'il est toujours possible de nier. L'homme ayant par nature des faiblesses il est concevable que cela arrive quelquefois. Chez certains cela devient une seconde nature, comme l'est celle de changer de veste.

 

Par contre il est plutôt difficile de le faire quand elles sont gravées dans le marbre du registre des délibérations des conseils municipaux.

 

Justement l'historiette que je vais vous conter se déroule lors d'un de ces conseils municipaux.

 

En 2007 Marie-Louise Fort nouvellement élue député et déjà maire de Sens se voit dans l'obligation de céder sa place de conseiller régional, cumul des mandats oblige, à une Jovinienne. Vous aviez deviné qu'il s'agissait d'Isabelle Bourassin, quatrième sur la liste conduite par Jean-Pierre Soisson.

 

Donc en 2007 Isabelle Bourassin devient conseiller régional. Lors d'un conseil municipal Philippe Auberger grand seigneur à ses heures perdues l'en félicite en ouvrant la séance. Sympathique le garçon en fait. Bon cependant , cela ne l'a pas empêché quelques semaines plus tard de lui notifier par voie de police municipale son désir de ne plus l'avoir comme conseiller municipale délégué. Entre temps il a du réfléchir.

 

Par contre s'il y en a un qui n'a pas pris le temps de la réflexion c'est bien celui qui, membre de l'opposition, immédiatement après les félicitations du maire s'est écrié dans un élan citoyen, républicain, à moins que ce ne soit par simple compassion envers ses concitoyens Bourguignons connaissant bien Isabelle Bourassin, s 'est écrié :

 

 

« Je ne m'associe pas à ces félicitations ».

 

Au moins c'était clair. Le bougre n'avait pas l'air de voir en Isabelle Bourassin un bon conseiller régional.

Un cri venant du coeur. Non pas elle ! Un qui a priori connaissait les qualités d'Isabelle Bourassin. Un gars à qui il ne faut pas la raconter. Je l'ai dit donc j'ai raison. Un homme qui ne se lasse pas de crier haut et fort qu'il détient la vérité. Qu'il est irréprochable. Que son engagement de 25 ans dans la politique municipale n'a pas d'autres objectifs que le bien des Joviniens. Qui distille à n'en plus finir son jus de pensé.

 

Il faut le savoir cet homme qui s'est écrié:

« Je ne m'associe pas à ces félicitations » au sujet d'Isabelle Bourassin devenue conseiller municipal est le même qui aujourd'hui est devenu directeur de campagne de cette même Isabelle Bourassin. Eh ! Ce n'est pas simple de se rappeler de tout ce qu'on a dit. Quand on parle à tord et tout de travers on finit par s'emberlificoter les pinceaux. Faut prendre des notes !

 

De même que vous aviez deviné le nom d'Isabelle Bourassin vous avez deviné celui de l'homme du prof du citoyen. En effet il s'agit bien de lui. Fidèle à lui même. ¾ d'un avis, ¾ d'un autre ¾ parangon de moralisateur . Oui je sais ,ça fait trop dans les quarts. mais que voulez vous côté écart il en fait beaucoup, je ne pouvais pas en faire moins.

 

Quelle grandeur d'âme. Cet homme ce prof ce citoyen a le sens du devoir. L'intérêt général chevillé au corps. Le sens du sacrifice. L'incarnation de la défense municipale.

 

Je suis beau, je suis grand, je suis fort, je suis intelligent, je suis cultivé, je suis constant, je suis...je suis...?

 

Stéphanie de Monaco ?

 

Mais non ! Je suis l'homme le prof le citoyen.

 

Et chaque Jovinien peut avoir une copie des délibérations des conseils municipaux sur simple demande à la mairie...Même le prof le citoyen l'homme.

 

J'ai une pensée émue pour Isabelle Bourassin. Je lui laisse à méditer ce que Virgil mettait dans la bouche du grand prêtre Laocoon pour dissuader les Troyens de faire entrer le cheval (de bois) que les Grecs avaient laissé sur la plage:

 

« Timeo Danaos et dona ferentes ».

 

 

 

 

 

 

Publié dans JOIGNY

Commenter cet article

0832 18/08/2009 09:39

Jovinien Masqué, êtes-vous sur de n'avoir pas pris un coup de cloche sur la tête? Ce n'est pas possible, ce n'est pas de l'Isabelle dont il parlait ainsi! L'Isabelle, vous savez bien, elle est :"aux normes de sécurité absolue, elle a subi les contrôles draconiens inhérents à cette qualification, ses qualités en font un fabuleux coursiers des mers capable de naviguer dans toutes les mers par tous les temps!" Allez voir chez l'hpc, y a tout même les photos, mais... c'est peut-être moi qui cafouille, il y a deux Isabelle... la belle et l'autre!

Martin Gale 18/08/2009 08:37

Cher Jovinien masqué, une erreur dans votre texte. Ce n'est pas en 2007 que Philippe Auberger a retiré sa délégation à Isabelle Bourassin, mais fin 2006. Un beau cadeau de Noël.
En effet, en 2007, elle devient conseillère régionale grâce à Marie-Louise Fort, puis fin 2007, elle deviendra maire-adjointe.
Difficile à suivre, la politique...
Cdt,
Martin Gale

Le jovinien masqué 18/08/2009 10:45


Merci pour la rectification de date. Il reste le plus important ; Cet élan immodéré envers Isabelle Bourasin qui a poussé l'homme le pro le citoyen à crier :"Je ne m'associe pas à ces
félicitations".


Cécile T. 18/08/2009 06:01

Je crois que cet homme là, ce matin ne se souviendra plus de ces évènements là et que la main sur le coeur, il jurera à sa nouvelle copine que rien n'est vrai. On le connait ...
Je me demande ce qu'il va devenir quand la mairie l'éjectera pour de bon. Le Prof qui ne pourra plus la ramener pour tout et rien... La municipalité va souffler un peu quand il disparaitra. Adieu mensonges et compromissions ...
Mais il parait qu'il cherche à rester à Joigny pour sa retraite, mince alors, quelle tuile ...