Quand le verbe ne peut plus rien faire...à Joigny

Publié le par Le jovinien masqué

Que faire quand le verbe ne peut plus rien faire  ?  Tenter encore une fois d'expliquer aux ignares qui ne veulent pas comprendre ? Remettre une fois de plus l'ouvrage sur le métier ? Cela devrait pourtant être possible avec beaucoup de pédagogie et même face à des ignares socialo-communistes indécrottables ?
A moins que cette incapacité à expliquer ne réside essentiellement dans cette expression sartrienne :"L'enfer c'est les autres" ?
Peut être que c'est tout simplement cela. Ce n'est pas le "Je" qui n'arrive pas à convaincre. Ce sont les autres qui me font vivre un enfer en ne voulant pas Me comprendre. 
Si les autres ne m'aiment pas, n'adhèrent pas à mes idées alors Je ne peux pas m'aimer. Et c'est impossible que je ne m'aime pas.  j'ai une trop haute opinion de mes idées et de ma personne. Je n'existe que par rapport au regard des autres. Et quand  le regard des autres ne me renvoie pas l' image conforme  que j'ai  de moi même...Je n'existe plus.  Impensable.  Et c'est bien cela le véritable enjeu :  Exister, vaille que vaille. Peu importe la manière ! Aduler aujourd'hui ce qu'on a exécré hier. Torturer les phrases et les idées d'hier  pour les rendre conformes à ce qu'on pense aujourd'hui. Ce n'est pas moi qui ait changé, ce sont les autres. Quel enfer ! Mon inconstance est constante. Exister ! Si ce n'est pas devant parce que les autres n'ont pas voulu, ce sera derrière ou aux côtés. Mais l'histoire est toujours la même. L'enfer sera toujours  les autres si l'on ne regarde pas le "Je" comme si c'était un autre.

Alors que faire pour exister quand on ne recueille pas les voix des citoyens sur le terrain des idées et de l'attitude ? La dérision de l'autre ?  de soi même ? ...de l'autre il faut avoir du "talent" et cela ne se confond pas avec la confiture. ...de soi-même il faut du courage et c'est autre chose que de s'exprimer sous sa véritable identité. C'est s'asseoir face à une glace et de regarder lequel des deux baissera les yeux le premier. Bon courage.

Vous conviendrez avec moi que le talent et le courage ne se rencontrent pas souvent. Et serait bien prétentieux celui qui dirait en être pétri.

Alors encore une fois que faire pour exister quand le verbe ne peut plus rien, quand il ne convainc pas ?
Museler l'autre qui est un enfer pour le Moi ? C'est une idée. La dernière. Est-ce  une idée  conforme aux idéaux d'un républicain démocrate ?

Les autres jugeront.






Publié dans JOIGNY

Commenter cet article

Eric APFFEL 03/09/2009 15:00

Le prof de philo prend là un grand cours... de philosophie ! Cet article renvoie les écrits du "maître" au rang de copie de certificat d'étude. Le blog de PITA nous confirme que dans la hiérarchie des textes de haut-niveau, le prof est dépassé. Si c'est par d'anciens élèves, c'est au moins rassurant sur sa pédagogie.

un lecteur 03/09/2009 11:21

Que quelqu'un téléphone très vite à Ajaccio,pour faire une transfusion à monsieur Soisson,(de Chablis bien sûr).Hi..hi..hi..

Icaunais 03/09/2009 11:19

Monsieur Soisson est victime de son infidélité au Chablis.Avait-il besoin d'aller tâter du vin corse,très mauvais pour ses durites,lui qui, lorsqu'il était Ministre de l'agriculture a rempli les caves du ministère de notre précieux breuvage.Bien sûr,ni voyez dans ce commentaire,non pas un ralliement,au soutien Soisson-Bourassin,ni un abus au vin corse,mais simplement un soutien inconditionnel à nos vins de grands prestiges,(Côtes-saint-Jacques,et après, Chablis).

Jovinien 03/09/2009 11:12

"Je" prends connaissance de l'article de PHC sur son blog,au sujet de la fresque sur le mur de la Madeleine.J'ai habité ce quartier pendant 8 ans.PHC était conseiller municipal au sein de l'équipe Auberger.Comme j'aurais aimé que ce mur fut peint à l'instar de celui de Marseille,avec ZIZOU,à l'initiative de l'ami de PHC,Jean-Claude GAUDIN.Alors, ce qui fait tâche à Joigny,est parfait ailleurs???La campagne démarre bien mal.La culture est- elle élitiste et réservée seulement à quelques-uns.PHC n'a pas su,ou n'a pas voulu faire une petite place à ses amis(d'autres fois),sur ce créneau,et Dieu sait qu'ils avaient du talent,(notamment en peinture).Je le vois mal à la tête de la ville(en coulisse bien sûr)et gérer la culture,elle serait mis à mal comme au temps de l'ancienne municipalité (de droite bien évidemment).

CecileT. 03/09/2009 06:05

Monsieur SOISSON apporte son soutien UMP aujourd'hui ?,à Mme BOURASSIN, alors qu'il est affaibli, fatigué.On le sent pressé, contraint, sollicité. Elle a donc tant besoin d'aide Mme BOURASSIN et sa volumineuse équipe ...!!!au point d'appeler un homme politique sur son lit d'hôpital"
Je me demande si cet appui n'est pas "pire que mieux".