Ah ! L'écologie !

Publié le par Le jovinien masqué

Je vous invite à lire dans le monde diplomatique de ce mois d'avril ce qu'écrivait le philosophe André Gorz au sujet de l'écologie en 1974 dans le mensuel écologiste "Le sauvage" (...vous tracassez pas, moi non plus je ne le  connaissais pas ce mensuel !).

"Ne plus se hisser au dessus des autres"
...

"Seul est digne de toi ce qui est bon pour tous. Seul mérite d'être produit ce qui ne priviligie ni abaisse personne. Nous pouvons être plus heureux avec moins d'opulence, car dans une société sans privilège, il n'y a pas de pauvres."


L'écologie peut-elle être de droite et libérale ?
Elle est pas bonne la question ?

Commenter cet article

Fondu 02/04/2010 11:35


L'écologie n'est ni de droite ni de gauche, elle est citoyenne. Elle n'est pas compatible avec la politique politicienne actuelle pour la bonne et simple raison que les échéances temporelles ne
sont pas les mêmes. La majorité des élus ne réfléchit qu'en terme de réélection soit quelques années ! la planète et l'environnement vivent sur des cycles beaucoup plus longs. Un exemple
d'actualité et local pour étayer mon propos. Les déchets ménagers : comme nous avons pu le constater, c'est un domaine qui a longtemps été ignorés sous le règne précédent dans le centre Yonne avec
le résultat qu'on constate aujourd'hui. Plus de place et le prix de la TOEM qui grimpe malgré les efforts de tri de chacun. Ahurissant, démotivant, mais réel. Merci qui ? Merci les élus précédents
qui font porté les effets de leur immobilisme sur les générations suivantes. Et je ne vous parle pas du nucléaire... Aux mêmes causes les mêmes effets.


Le jovinien masqué 02/04/2010 20:15




Alors l'écologie est-elle compatible avec une économie libérale ou même simplement avec une économie de marché ? L'écologie est-elle compatible avec un système qui , en effet ne propose que des
vues à courts termes pour un rendement financier maximum qui devient le seul objectif ?Le système libérale (et de facto de droite) conduit, bien qu'il s'en défende, non  pas au  bonheur
et encore moins au bonheur écologique (le jardin d'éden ?) mais à un accaparement des productions par une partie de la population et pour elle même. Si l'écologie devient un coût on l'abandonne
sauf si son coût peut-être reporté sur le consommateur final et à mon avis ce n'est pas une démarche de gauche. Il faut écouter l'écologiste de droite Luc Ferry.


Allez encore 2-3 bières biologiques et je refais un paragraphe !








Bernard RICHARD 30/03/2010 14:36


Sur l'écologie, on ne saurait trop recommander un ouvrage présenté l'an dernier par son auteur à Joigny, La politique de l'oxymore. Ciomment ceux qui nous gouvernent nous masquent la réalité", du
philosophe Bertrand Méheust, éd. La Découverte, coll. Les empêcheurs de penser en rond.

Types d'oxymores dénoncés "développement durable, autoroute écologique, moralisation du capitalisme, vidéoprotection, financiarisation durable, etc.